Comment fonctionne un anémomètre ?

Le premier anémomètre date plus de 500 années. L’évolution technique et technologique de cet instrument n’est pas étonnante sachant que les besoins se multiplient davantage et les chercheurs  n’arrêtent d’exaucer les vouloirs des usagers. A cet effet, l’on s’aperçoit continuellement l’arrivée des anémomètres modernes plus ou moins sophistiqués, plus ou moins grands. Il arrive même que des moyens de réglage de l’appareil sont mis à disposition des utilisateurs  pour satisfaire au mieux leurs besoins et maîtriser davantage la connaissance de la vitesse du vent.

Pour voir des sélection d’anémomètre pas cher regardez ce lien

Un bref aperçu sur le fonctionnement des anémomètres d’antan

L’anémomètre à plaque du 15ème siècle permet d’estimer la force du vent. L’angle de la plaque a permis le calcul approximatif de la force du vent qui souffle. Le concept a été amélioré 3 centenaires plus tard. Quatre petits bols étaient attachés à un axe vertical mis en rotation par le vent. L’on peut dire que c’est l’ancêtre des anémomètres à coupelle. Quatre-vingt ans plus tard, en 1926, le nombre de petits bols était réduit à trois, puis en 1935 le modèle a été amélioré. Il parait que le fonctionnement des anémomètres d’aujourd’hui fait référence à ce modèle d’antan. D’autres chercheurs se penchent à d’autres fonctionnements pour mesurer avec plus de précision la vitesse du vent, par exemple l’anémomètre à tube ou l’anémomètre-laser. Il y a presque 25 ans, le son émis est utilisé pour mesurer la force du vent en se servant d’un récepteur. Le fonctionnement des anémomètres devient de plus en plus simplifié, inversement proportionnel aux précisions des résultats acquis.

Les matériels modernes pour mesurer la vitesse du vent

Le fonctionnement de la plupart des anémomètres modernes est basé sur un système électronique interne. Il s’agit de calculer le nombre de tours effectués par les coupelles durant un laps de temps. Les coupelles tournent vite autant que la force du vent s’amplifie. Les résultats sont affichés sur un écran, lorsque la vitesse du vent est convertie en langage connu par tout le monde. En général, l’anémomètre fonctionne mieux s’il est installé dans un endroit dégagé sur une hauteur optimum (supérieur ou égal à 10 mètres). C’est l’avantage des anémomètres portables et faciles à installer. La vitesse est exprimée km/h ou m/s. Certains instruments plus modernes permettent d’accumuler les vitesses du vent en une journée. Cet anémomètre totalisateur est assorti de bac d’évaporation sous les coupelles. Quant à l’anémomètre thermique, il permet d’expérimenter les variations de températures en se servant d’un fil chauffé mis en contact avec le vent.

Pour fabriquer soi même un anémomètre regardez cet article !

Le fonctionnement du réglage du matériel selon les besoins

Les matériels modernes sont conçus pour accumuler plus de données et informations utiles aux prises de décisions des professionnels. Des particuliers prennent goût également à ces innovations.  La modernité de l’anémomètre est également marquée par la possibilité de réglage selon les besoins. En effet, il arrive que les matières utilisées pour fabriquer l’anémomètre s’usent dans le temps au risque de fournir des informations erronées. L’on a donc besoin d’un étalonnage au lieu d’acquérir un nouveau matériel. Une soufflerie est conçue en l’occurrence pour retrouver l’état initial et la précision d’avant. Le fonctionnement du réglage dépend de l’usure, de la marque et du modèle. En tout cas, l’intervention diminue l’investissement en matière d’anémomètre, surtout que les nouveaux modèles sortis d’usine sont relativement onéreux.

A lire aussi : Quelques conseils au moment de faire son bagage cabine